UA-72474343-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique - Page 2

  • Patrickkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk

    "Mais j' trouve pas d' refrain à notre histoire.
    patrick bruel, Pierre TerrassonTous les mots qui m' viennent sont dérisoires.
    J' sais bien qu' j' l'ai trop dit,
    Mais j' te l' dis quand même... (tin, tin, tin….) je t'aime."

     

    L'excellent site Babélio propose, de nouveau, d’offrir un bouquin, contre une critique. Me revoilà dans le rôle de la midinette (pas déplaisant, ma foi !), parce que j'avais choisi plusieurs livres et j'ai reçu :

    « Patrick Bruel de Pierre Terrasson »

     Que dire d’un tel ouvrage ?

     Une très belle couverture : le beau gosse joue à cache-cache….

    Je suis touchée par la préface de Jean-Louis Foulquier.

    Et puis j’ai tourné toutes les pages en admirant ces magnifiques photos qui attestent du charme de cet homme. Je me suis sentie gamine, complètement fan de Patrickkkkkk… Me reviennent quelques paroles de ces chansons populaires, quelques souvenirs aussi de ce chanteur se cassant la voix et le public en redemandait !

    Peu de textes, seulement quelques petites anecdotes, très brèves… C'est très superficiel, en fait, histoire de donner en pâture de belles images...

    Il faut bien le reconnaître, c’est un peu dérangeant aussi. Les clichés datent de 1987 à 2000. Mais nous sommes en 2011 ! Cet homme  serait-il devenu laid, in-photographiable, faut-il maintenant le cacher ? Le charme aurait-il complètement disparu ? Pas possible !!!!! Un peu de frustration...

    Cela ressemble à un hommage, c’est aussi dire, que ce n’est plus… Je trouve cela réducteur et un peu racoleur tout de même. J'ai envie de me révolter, il n'est pas mort, tout de même !!!

    Lorsque j’ai refermé ce beau livre de photos, une question tournait dans ma tête : Qu’es-tu devenu Patrickkkkkkkkkkkk ? J’aimerais avoir de tes nouvelles !

     ...Si, ce soir, j'ai pas envie d'rentrer toute seule, 
    Si, ce soir, j'ai pas envie d'rentrer chez moi ....
    ..... Ok je Dors, dors, mais je ne ferme pas les yeux....
    .... Mais toi,  pars pas... pars pas... pars pas...

  • "Se souvenir des belles choses…"

    Gaetan Roussel

     

    " Dis-moi encore que tu m'aimes
    Et si l'on rejouait toutes les scènes
    Dis-moi encore que tu m'aimes
    La vie reste fragile tout de même
    Et ce trafic qui nous amène
    Et si l'on rejouait toutes les scènes
    Dis-moi encore que tu m'aimes"

    Gaëtan Roussel - Ginger

     

    …Une belle chose que ce concert de Gaetan au Transbo hier soir.

    En très charmante compagnie, une soirée qui avait des airs de nuits d’été, même les "gorilles" à l’entrée étaient plutôt sympathiques (ce qui est loin d’être toujours le cas…). Une première partie très agréable : Hillbilly Moon Explosion…. Une nana, une voix et des musiciens éclatants !

    Et Gaetan en grande forme ! Avec ces deux chœurs remarquables et des musiciens qui assurent et déchirent..... il nous martèle à coup de phrases musicales répététives et l’on se demande si l’entrée en transe est pour bientôt….Cela fait un peu grand messe, qu’importe ce qui est répété, c’est le rythme, qui nous prend et ensorcelle… comme dirait Piaf,  Ça nous rentre dans la peau , par le bas, par le haut , et on a  envie de gueuler, C'est physique. Alors … on s’est mis mis à danser, à chanter, à crier, au son de la  musique... 

    Quelle énergie ce Gaetan Roussel, qui malgré les honneurs semble  être resté simple. Il prend son pied sur scène et transmet son humeur festive.

    Non, on ne regrette pas les quantités de "Clap hands" généreux qui finissent par faire mal aux mains, et même "si nous ne faisons que passer", parfois, c'est vraiment très agréable !

  • Solo ! "Trop de silence" !

    "Tu m'as vu hurler, tu m'as vu me battre.
    mano-solo.jpgTu m'as vu défricher, déchirer, construire pour tout détruire.
    Tu m'as vu m'abattre pour relever.
    Tu m'as vu me débattre pour pas m'effacer.
    Tu m'as vu dans mon trou, dans ma guerre.
    Tu as vu ce sang partout. Sous les coutures tu as vu toutes les blessures,
    le k.o d'une nature, la crasse et les ordures.
    Tu m'as vu...tu m'as vu. "

    et bien maintenant, Emmanuel -  Mano Solo....

    tu n'as pas fini de nous manquer !!!! ;-(((((((((((((

    http://www.youtube.com/watch?v=REBBpmOZOFA&feature=related

    http://www.youtube.com/watch?v=-7wL0dngbnk

    http://www.youtube.com/watch?v=33HrC9WcpmI

    http://www.youtube.com/watch?v=_l9KRyqT2o8&feature=related

  • Les Cowboys Fringants à Tony Garnier - Lyon

    "Prépare-toi, petit garçon
    Elle s'ra longue l'expédition
    00 516.jpgEt même si on n'en revient jamais vivant
    Il faut marcher droit
    devant"

     Les Cowboys Fringants

     

     

     

    Ok, deux à la suite, cela fait beaucoup, mais voilà, hier, c’était la sortie de famille. Nous allions au concert des CF, mon homme et deux de mes garçons. La date était attendue depuis longtemps. Nous mangeons un bout sur le pouce et au moment de partir, mais où sont les places ? Pas moyen de les trouver…. L’angoisse monte, les secondes passent, puis les minutes…. Nous n’allons tout de même pas rester à la maison avec 4 places de concert dans un coin. On s’imagine les retrouver demain ! Non, pas possible, tout le monde cherche, remue, s’agite…. En principe on les range dans un tiroir que tout le monde a ouvert 3 fois de suite. J’arrache ce tiroir et miracle, elles étaient tout au fond…. C’est alors la joie, on monte dans la voiture, et on arrive enfin !

     

    Mes garçons avaient déjà vu les CF, lors de leur 1er concert à Lyon. Nous étions au premier rang au Ninkasi. Là, c’est une autre échelle, Tony Garnier est une salle immense, inhumaine. Ils sont impressionnés par le volume, par la foule… Le concert débute ¼ d’heure après l’heure prévue. Pas de première partie, pas d’attente frustrante, pas de réglages d’instruments interminables, tout est nickel.

    Même les filles pas comme moi adorent ce genre de concert. Comment pourrait-il en être autrement ? Que peut-on leur reprocher ?

    Certaines tordront le nez et parleront de leur accent déroutant….

    Et les filles comme moi répondront que sur scène on comprend que c’est ce qui fait leur charme. Parce que Karl sans cela ou sans sa cravate, se serait  « Comme un manouche sans guitare ».  Tout est parfait. Des jeux de lumières sensationnels, une qualité de son irréprochable. Et une bande de jeunes qui donnent, on a envie de monter sur scène de danser avec eux. Un concert festif, où l’expression « que du bonheur » prend tout son sens. Des textes gais, émouvants, une générosité qui transpire de partout. Une joie immense de retrouver ces cousins lointains plein de joie de vivre. Une Marie-Annick séduisante et d’une pétillance, d’une énergie,  d’un charme renversant. Un Karl étonnant, attendrissant. Des musicos bluffant…. J’imagine que tous mes comptes-rendus de concert les concernant doivent être les mêmes. Mais c’est chaque fois, la même impression…

    Toute une série de rappels où ils ne se sont pas faits prier pour revenir chanter !

    Et puis avec Planète Urgence, une entrée = 1 arbre, et du coup, j’imagine que 3600 arbres seront plantés grâce à cette soirée, cela rend encore plus heureux. On a la conscience plus tranquille du dérangement, de l’énergie déployée, même si, pour être tout à fait honnête, on s’en préoccupait assez peu !  J’ai tout de même pensé à mon futur voyage qui approche à grands pas. Dans quelques jours je serai dans le désert avec mon amie Soleil Bleu… là, il nous faudra faire avec peu. Et j’ai songé que j’ai une chance immense de pouvoir naviguer entre ces deux mondes. Là-bas, il me suffira de contempler le ciel étoilé pour penser à  ceux que j’aime et qui seront loin de moi, à toutes ces « étoiles filantes » qui ont fait ce que je suis…

     

    Les filles comme moi se demandent :

     « Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester
    De notre p'tit passage dans se monde effréné
    Apres avoir existé pour gagner du temps
    on s'dira que l'on était finalement

    que des étoiles filantes... »
    CF

     

     et pour ceux qui ne connaissent pas les Cowboys Fringants,  cela donnait un peu cela  :

    http://www.youtube.com/watch?v=6JW-BkEQGoI&feature=related

    Merci Antoinead

     

    http://www.youtube.com/watch?v=GfebsssgraA&feature=PlayList&p=8D92917AFF383F6A&index=0&playnext=1

    Merci Lelorien

     

  • Miossec au Transbo - Lyon

    00 playlist.jpg

    00_3337.jpg

     "Je m'en vais bien avant l'heure
    Je m'en vais bien avant de te trahir
    Je m'en vais avant que l'on se laisse aller
    Je m'en vais avant que l'on puisse en rire
    Je m'en vais en gardant toute ton odeur
    Je m'en vais en te regardant dormir
    Je m'en vais car l'on s'est vu voler
    Je m'en vais avant que l'on ne puisse atterrir
    Je m'en vais car l'on s'est tant aimé
    Je m'en vais avant de te détruire
    Je m'en vais pour que tu ne m'oublies jamais
    Je m'en vais en te voyant sourire
    Je m'en vais en croyant que tout est vrai
    Je m'en vais avant de te découvrir
    Je m'en vais bien avant de te décevoir
    Je m'en vais bien avant de te trahir"...

    Miossec

     

    Ah, non reste encore, Christophe !!!!

    La petite voix 

    Les filles comme moi, elles étaient devant, au 1er rang, collées à la scène.

    C’était une première fois : Miossec en concert !

    Les filles comme moi ont écouté Alan Corbel, la première partie, mais n’ont  pas vraiment été conquises. Ses chansons se ressemblent toutes, monotones, lancinantes… et aucun texte en français, dommage !

    Les filles comme moi ont vu un technicien qui a réglé tous les instruments, les uns après les autres, puis les micros, les uns après les autres. Il a fallu encore attendre ½ heure. Les filles ont trouvé le temps long.

    Les filles comme moi ont vu arriver les musiciens et puis Miossec, plutôt petit, en mauvais état... la démarche hésitante, des gestes mal assurés, le regard vague… Il a dit que cette attente le faisait aussi "chier"  que nous ! Les filles comme moi, se sont demandé alors pourquoi ce temps mort ?

    La musique a commencé, le son n’était pas bon, pourtant le Transbo a plutôt une bonne acoustique !

    Miossec a pris son pied de micro. Il ne l’a pas lâché pendant l’heure et demie de concert, ne cessant pas de le balancer, de le reprendre, de s’accrocher à lui.

    Et puis il a chanté, et la magie a opéré... envahissant les filles comme moi !

    Elles  sont restées scotchées… même si elles ne comprenaient pas toutes les paroles comme elles les connaissaient, elles ont laissé monter l’émotion…. Le plaisir, la joie d’être là, si proches de cet homme…

    Là, les filles comme moi ont oublié leur journée de travail, leur vie, l’attente, la mauvaise qualité du son….

    Elles ont aimé retrouver cette voix ensorcelante qu’elles ne connaissaient que par les disques. Elles ont craqué pour son sourire charmeur. Elles ont vibré au rythme de ces textes sombres et désenchantés qui les touchent.

    Les filles comme moi, ont aimé voir les veines sur ses avant-bras…. Ses petits "poipoils" du ventre quand il levait les bras et que le tee-shirt n’était plus sur le ceinturon de cuir….

    Elles ont aimé le voir prendre le drapeau de la CGT qu’un type du public lui avait tendu. Il a chanté avec, et pour ne pas être redevable, il l’a échangé contre une sorte de tambourin.

    Les filles comme moi ont été touchées par cet homme blessé dans son coeur, dans son âme, dans son corps, aussi…. Ses textes sont comme lui, il semble en avoir pris plein la tronche, mais tout de même, qu’est-ce qu’il est attendrissant et beau, il semble encore si fragile, si gentil ! Sincère, il ne semble pas jouer...

    Les filles comme moi ont été émues par la reprise de Osez Joséphine…

    Les filles comme moi applaudissent longtemps, bougent, lèvent les bras, chantent ! Elles ne veulent pas partir et en veulent toujours plus.

    Les filles comme moi, repartent chez elle, excitées comme des puces, elles ne trouvent pas le sommeil facilement, profitent encore de ce moment magique…

    Après, elles sont presque tout sourire, elles pensent que le monde est bon, les gens sympas.

    Les filles comme moi aiment Miossec.

    Mais je vous l’accorde, toutes les filles ne sont pas comme moi ! 

     

    Une petite vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=bwFVTP8KV6w

    "Seul ce que j'ai perdu
    m'appartient à jamais
    "
     

    Elisa Félix

  • Non, ce n'était pas le radeau de la méduse....

    brassens.jpg

    "L’amitié n’exige rien en échange,
    que de l’entretien."

    Georges Brassens

     

     

     

    Ce week-end, nous avons eu la proposition d’aller
    à une soirée « Brassens » à Sète.

    Ce n’est pas un artiste que j’appréciais particulièrement, mon homme si, alors on s'est laissés tenter….

    On connaît peu de personnes en arrivant. Le repas est plutôt bon. On écoute une 30ène d’artistes. Chacun chante une chanson de Brassens et une de son répertoire personnel. Artistes, voix, textes sont très variés... On passe du look de poète, à la soubrette, aux deux petites filles qui chantent "La canne de Jeanne", Cathy Fernandez me touche avec son texte sur son fils, Vivoux est sympa.

     

    A son tour, Jean-Marc le Bihan vient chanter. Là, c'est le Flash back... C’était rue de la Ré, j’avais une 15ène d’année, je me souviens avoir été impressionnée par ce chanteur des rues. Je ne l’aurais pas reconnu, pourtant, il n’a pas changé, toujours aussi engagé même s’il a la voix cassée (certains l’ont pour moins que ça). Il nous dit avoir été choqué de recevoir une pétition pour soutenir Polanski ! Je comprends. Je pensais, moi aussi, que ces choses là étaient condamnées par la loi, mais la loi ne semble pas être la même pour tout le monde ! J’ai souvent l’impression d’avoir loupé quelques épisodes…. Bref, je suis heureuse de retrouver cet homme sur scène. Je vais le voir après son coup de gueule et ses chansons, il me prend dans ses bras, m’embrasse, me dédicace son disque en me laissant son numéro de tél.

     

    Une soirée donc très agréable, de 18 h à 3 h du mat et je n’ai même pas vu le temps passer.

     

    Convivialité, authenticité, je pense que le poète qui a chanté « Les copains d’abord » serait fier des organisateurs de cette soirée. Car tous les ans, par ce rassemblement, ils lui rendent un hommage bien fidèle !

  • Ce que l'on s'aime !

    tryo.jpg.jpg"Marcher droit avec nos travers
    Marcher de travers
    Mais dans nos droits"
     

     Si le monde était à refaire,
    Je le referais avec Tryo

    Hier, ils ont enflammé le théâtre antique de Vienne. J'adore les concerts d'été dans ce lieu. On fait la queue, sous un soleil de plomb. On s’installe, les fesses sur la pierre encore chaude… (ah, si elle pouvait parler, elle en a tant vu !). On se prend quelques gouttes de pluie sur la tête. On peut apprécier une grande bière fraîche à 5 euros ! On regarde avec des yeux d'enfant, devant, la scène grandiose et derrière, le « mur » de public. Et puis on chante, on danse, on a les yeux écarquillés, on applaudit, on vit ! Qu'il est agréable d'être à l'extérieur, de sentir le petit air frais de minuit. C'est l'été, c'est la fête, c'est bon !

    On écoute les premières parties. On espère que ce ne sera pas trop long…
    Et hier, il a fallu attendre plus de 2 h avant d'avoir 1 h ½ de Tryo, c'est quelque peu frustrant !

    C’est Manu Larrouy dit "Larrouille" qui a débuté de façon plutôt agréable la soirée.. Chanteur, sympa, à l’aise sur scène et avec le public. Il est accompagné par son acolyte au violoncelle.

    Puis c’est au tour de " La Ruda ". Je ne connaissais pas et il était impossible de comprendre les paroles, cela gueulait vraiment beaucoup. Un peu long, mais à découvrir dans d’autres conditions. Histoire de savoir de quoi parle cette bande de gaillards énergiques… Du rock alternatif festif !

    Enfin Tryo, un régal ! J'aime leur engagement, leur façon d'être, leur joie, leur connivence, leurs textes, leur musique, leur enthousiasme, leurs musiciens (deux percussionnistes du tonnerre)  leurs chanteurs aussi, Christophe Mali me fait craquer (surtout avec ses baskets jaunes), j'aime un peu moins la voix de Guizmo, (mais quel look, coco !), bref, chacun son genre, et un si beau mélange... Ils s'amusent, passent quelques messages, font les cons, chantent (oui, tout de même).

    C'était vraiment bien !
    Trop court, bien sûr !

    On aimerait qu'ils reviennent plusieurs fois, que les lumières ne se rallument pas après un pas de danse sans paroles, on aimerait qu'ils reprennent les micros, qu'ils en fassent encore… et puis non. Alors le flot humain redescend la colline et part se coucher, des mélodies enivrantes, de belles images dans la tête. On aimerait pouvoir leur dire merci pour cette soirée inoubliable, on le pense seulement, mais très, très fort !

    Un lieu magique, un public attentif et actif (je suis crevée, moâ aujourd'hui, mal aux mains, mal aux pieds), être avec des gens que l'on aime, une bonne ambiance, de la bonne musique, un groupe extra, des jeux de lumières magnifiques, du plaisir d'être là pour tout le monde…. Facile de passer une excellente soirée, en fait ! ;-)

  • Envole-moi !

    xxx mon homme 1.jpg"Fais comme l'oiseau
    Ça vit d'air pur et d'eau fraîche,  un oiseau
    D'un peu de chasse et de pêche, un oiseau
    Mais jamais rien ne l'empêche, l'oiseau, d'aller plus haut"

    "Des fois j'aimerais être un oiseau
    Pour pouvoir cracher de plus haut
    Voir les maisons et les campagnes
    Et mieux leur tourner le dos"

    Entre Michel Fugain et Raphaël

     
    à mon homme, parce que parfois,
    il est très grand !  ;-)

  • Le plus grand buzzzzzzzzzzzzz

    Michael Jackson.jpg

    "Rien n'est d'un seul bloc,
    tout est mosaïque"
    Honoré de Balzac

     Il n'est plus !

    Il me fallait me joindre à la Toile pour participer à cet hommage.

    Pour moi, c'était  des chansons : Billie Jean, Thriller, Bad, Beat it, We are the word... et tant d'autres, c'était aussi le moon-walk, une gestuelle, une chorégraphie impressionnante, des petits cris, les clips.

    C'était aussi un homme fragile, hyper-sensible, atteint du syndrome de Peter Pan, ambigu,  mystérieux, qui n'acceptait pas de grandir, ni d'avoir la peau noire....

    C'était un roi, un prince, c'était un homme. 

  • Salut l'artiste

    bashung.jpg"On peut même avancer que c’est dans l’inhumanité
    que se révèle le mieux la singularité de l’humain."
    Axel Kahn

     

    On me demande : pourquoi rien sur Alain Bashung décédé le 14 mars ?
    Parce je ne suis jamais allée l’applaudir en concert, parce que je n’ai aucun disque de lui à la maison. Comme tout le monde, je l’ai écouté avec plaisir chanter Vertige de l’amour, Gaby, Ma petite entreprise, La nuit je mens, Osez Joséphine... et tant d'autres succès. Comme beaucoup j’ai été touchée par cet homme lors de la remise de ses victoires de la musique. Diminué mais tellement humble, reconnaissant. Un homme digne ! Comme il le constatait "cela réchauffe le cœur", oui, cela réchauffe le coeur de savoir que de tels êtres existent, et cela attriste tout le monde de les voir partir si jeune…

    A l’opposé, on peut trouver, ce père de famille qui a enfermé sa propre fille dans sa cave. Sequestrée pendant plus de 20 ans, violée et qui a donné la vie à 7 enfants dans ces conditions.
    ….inhumanité… singularité de l’humain…
    Là, cela glace le sang, on se sent un cœur de pierre, on ne peut pas appeler cela un être humain, c’est pas possible !

  • Mais si c'est possible !

    femme_a_la_guitare Braque.jpgLa bonne musique ne se trompe pas,
    et va droit au fond de l'âme chercher le chagrin qui nous dévore
    .
    Stendhal

     

    Jouer de la gratte à 4 mains :

    http://videa.hu/videok/zene/mozart_5mb-eOzlQrcB1doKd27P

     

    Femme à la guitare.
    Georges Braque

  • Ecoutez d'où vient ma joie...

    alain souchon.jpg

     

    «Elle danse la poussière
    Elle danse la misère
    Les vendeurs de shit
    Qui trafiquent derrière
    La voient, elle danse là-bas.»
      

    Je ne regarde plus trop la TV, je cible quelques rares émissions.

    Mais hier soir, je suis restée devant "Alain Souchon : le chanteur d'à côté".

     

    J’avoue que dans un premier temps, j’ai eu peur ! Etait-ce une nécro, avais-je loupé une mauvaise nouvelle ?

    Et puis non, en fait c'était plutôt un petit hommage rendu à l'occasion de la sortie de son nouvel Album "Ecoutez d'où ma peine vient".

    Pour une fois c’était le portrait d'un poète vivant !

    J’ai passé deux heures bien agréables. Une émission qui ferait presque aimer la TV, ça serait donc possible ?

    Laurent Thessier a su donner la parole, Souchon, comme d'habitude, a su donner... et moi j’ai écouté, attentive…

    Je ne connaissais pas son histoire… L’homme dépeint est angoissé, lucide, vrai (mais tout cela on le savait déjà !). Il a besoin d’être rassuré, d’être aimé (vraiment original !). Et pourtant, ses chansons touchent. Il semble proche, toujours dans l’air du temps. Le ton est juste, l’écriture originale et le bonhomme, par son humilité et son côté nonchalant est vraiment attachant.. Après avoir prétendu qu'il était "bidon", il continue en disant qu'il n'est qu’un amateur !!!

     

    Laurent Voulzy, son complice, après avoir écouté Foule Sentimentale, alors qu’il n’a pas composé la musique, a dit «quand j'ai entendu cette chanson, j'ai été fier pour moi aussi », c’est exactement cela, moi aussi je suis fière, pour moi, de pouvoir écouter et découvrir un nouvel album d'Alain Souchon !

     

    http://www.alainsouchon.net

  • Un mercredi soir sur la terre... lyonnaise

    cabrel.jpg

    "Ce qui ressemble au hasard
    Souvent est un rendez vous".
    Francis Cabrel

     

     

     

     

     

    C’est la première fois que je vais en concert et que tout le monde est assis, bien sagement, pas de fosse, personne debout, devant. Dans un premier temps, cela m’a quelque peu déçue, mon premier concert de «vieux» ai-je pensé, preuve que le temps passe. J’ai songé à tous les concerts faits cet été, le punch, les guitares qui déchirent, les mecs qui crient, les nanas qui hurlent, les chanteurs qui se jettent dans la foule, le public qui monte sur la scène, les Cali, Déportivo, CF, Luke, BB Brunes, et j’aime bien cette ambiance là, quand ça bouge, quand ça vit…

    Là, rien de tout cela. Beaucoup de couples, peu de très jeunes gens.
    Et puis il est arrivé avec ses musiciens, ponctuel, et a entonné sa première chanson…
    Je n’étais jamais allée en concert applaudir Francis Cabrel....

    On a l’impression que cet homme profite de la vie sereinement, qu’il ne part pas dans tous les sens, qu’il se fout d’être décalé…
    J’avoue que c’est un peu mou à mon goût, mais tout de même quel plaisir de l’entendre chanter. J’aime la poésie et la douceur de cet homme.
    La mise en lumière était remarquable, avec des projos qui montaient, d’autres qui descendaient, vraiment magnifique.

    Et puis un grand frisson pour la Corrida, toute la scène devient alors rouge sang. Et que dire de l’accordéoniste qui nous a littéralement entraînés dans le tourbillon de sa musique. Il serait plus juste de parler de plein de frissons parce que ces textes touchent par leur sensibilité, par leur tendresse...

    Heureusement qu'il y a eu une fin un peu plus "rock". Sur l'invitation d'un musicien, la foule s'est alors précipitée autour de la scène pour finir ce concert tous ensemble !

    Qu’il était agréable ce moment de magie hors du temps.
    On aurait envie que "ça continue encore et encore" et se dire que "C'est que le début d'accord, d'accord"...

  • Y'a pas que tes copines qui te trouvent très, très beau !

    ticket 47.jpg"Si pour un rien mes yeux
    Se trempent de chagrin
    Se trompent c’est pour mieux
    Oublier demain
    Peut-être tout à l’heure
    D’ailleurs je ne sais plus très bien
    Pourquoi je pleure
    Passer du rire en avalanche
    Aux larmes essuyées d’un revers
    Puisque la vie n’est pas étanche"

    Poney Express

     


    Parfois avoir de grands enfants a des avantages… comme celui de les « accompagner » au concert de BBB, j’ai cité  les BB Brunes ! On a alors moins de scrupules à aller dans la fosse, on se retrouve entre FIIIIIIIIIIIIILLLLLLLLLLLLLLLLLLLLEEEEEEEEESS, plutôt djeunes, très djeunes, (les autres !), il y a tout de même quelques autres mamans et quelques « mecs » venus accompagner leurs nanas…. !!!

    Un pourcentage au mètre carré de jeunes filles en fleur impressionnant. Elles sont belles, maquillées, bien sapées, certaines ont mis leur diadème, on se croirait dans un conte de fées, ambiance sympathique, bon enfant..

    La première partie est assurée par Poney Express, plutôt cool, gentil et agréable, la jolie voix d'Anna Berthe (ex-chanteuse de Têtard) accompagnée par Robin Feix (bassiste du groupe Louise Attaque). J'aime ce côté folk, pop...Ouverture très plaisante de cette soirée de concerts.

    Vient ensuite Déportivo, que j’avais déjà vu en concert avec Luke, là ça « dépote », ils sont excellents ! Ils reprennent « la vie de vaut rien » de Souchon….« Les bières aujourd’hui s’ouvrent manuellement » de Miossec (on aime leurs références) et tous leurs tubes…   Le problème c’est que quand  Jérôme,  le chanteur du groupe, se lance sur la foule pour slamer, les fiiiiiiiiiiiillllllllllllllles avec leurs petits bras ont un mal fou à le faire avancer, et le body-surfing, se transforme alors en body-tombing…. Heureusement que les hommes en noirs  ( les types de la sécurité) ont de plus « gros bras » et on remis le charmant chanteur sur scène. Il me faut du reste saluer ce service de sécurité qui m’a laissé entrer avec ma bouteille d’eau, le bouchon à la main et mon appareil photo… Pour une fois, effectivement, nous n’avons pas eu droit à des types qui font la gueule, qui nous fouillent scrupuleusement et confisquent les appareils photos ! Pour une fois, ils étaient même plutôt souriants ces hommes là, j’avais oublié que c’était possible. A la fin,  ils ont fait passer de l’eau aux personnes qui étaient tout devant, et ont même fait des photos, comme quoi, on peut être agent de sécurité sur un concert et être humain !

    Puis la cerise sur le gâteau pour toutes ces petites minettes : BBB. Alors là, elles hurlent, et cela frise les ultrasons, c’est un long cri aigu qui déchire la nuit et couvre les guitares, imaginez !  Cela signifie que le moment est presque sacré, les mains sont tendues, les yeux écarquillés, nous, non : ….  Elles,  ne font qu’Une…. Elles semblent fascinées… et puis elles bougent, elles crient, elles chantent, elles dansent, c'est plein de vie !!!

    Il faut dire qu’il sait y faire le jeune Adrien, quel charme ! Les textes sont simples, mais la musique est bonne. L’émotion est partout, vibrante, dégoulinante, ensevelissante, débordante   !

    Un regret : pas de moment de "mélange" ou de "partage" ;  une petite chanson reprise par deux ou trois groupes ensemble, pas de rappel non plus pour les BBB, quel dommage ! ;-(

    Du coup, un mot semblait tourner en boucle dans ma petite tête d’ado : ENCORE ! Encore ! Encore !

    Hier j’avais 16 ans et l’impression d’aller à  mon premier concert ! ;-)

  • ...En plein soleil, ma peau ne connait que toi....

    IMG_1185 x.JPG « Et même si je ne marche plus tout à fait droit,
    Même si mes pas ne sont plus ceux d'autrefois
    Je vais, de travers, je vais
    Et même si je sais que l'on parle de moi,
    Que certains se réjouissent alors que d'autres prient pour moi
    Je vais, je ne les entends pas…. »

     

     

    Mais qu’il est beau cet homme tatoué et son sourire malicieux…. ;-)
    Mais comme elle est enivrante sa musique qui bascule de la chanson tendre au rock….
    Mais comme ils sont émouvants ses textes qui chamboulent…

    Encore un concert magique qui remplit le cœur, les yeux, les oreilles…

    Il semble très sensuel, un brin charmeur... ce Manuel Da Silva !!!  ;-)

    http://www.youtube.com/watch?v=3Rk_iqLnaxw&feature=related 

    http://www.youtube.com/watch?v=3nczHn2-2KM

    http://www.youtube.com/watch?v=_RqzsZaFdxs&feature=related

     http://www.youtube.com/watch?v=Cz4VpTnPcFQ&feature=related