UA-72474343-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique - Page 3

  • Théatre antique

     

    IMG_1075 x.JPG« Le souvenir de Clémence ne cesse de m’accompagner.
    Il brille à la surface de l’eau »

    Michèle Lesbre – Le « Canapé rouge » 

     

    Hier : Concert à Vienne.

     

    Premier groupe :  Padam…. Je découvre. En discutant plus tard avec Nader le chanteur, il me dit avoir déjà fait 4 albums et passe en octobre au Transbo,  bien sympa !

    La chanson du dimanche : un grand délire ! Génial ! Une ambiance estivale, généreuse, festive ! Un public qui connait leurs textes… Deux types qui ne se prennent pas au sérieux et vraiment formidables ! Il est évident qu’avec eux, personne ne perd sa bonne humeur, meur, meur, meur..... ;-) !

    Java : j’avoue avoir eu du mal avec leurs textes, le rap, pas moyen ! ;-(  

    Luke : j’avais adoré leur deuxième album, le 3ème me plait moins, j’ai réécouté en direct-live, ces chansons-là avec un plaisir IMMENSE, (et là c’est un euphémisme….) Les dernières, bof….  

    Et puis une petite pensée à Françoise qui ne connaissait pas Luke, nous lui avions fait une compil de ce que nous aimions… avec « La terre ferme »…. Nous l’avons laissée repartir…  et quand nous nous sommes retrouvés devant son cercueil, elle avait choisi cette chanson pour la fin de la cérémonie :  

    «Amenez-moi en mer
    Là où l'amour est merveilleux
    Amenez-moi en mer 
    Là où je brûle de mille feux  
    Amenez-moi en mer 
    Là où je m'en crèverai les yeux  
    A l'abri de l'enfer  A l'abri du bon dieu »

    Alors, l’absence, la douleur, les larmes m’ont rappelée à l’ordre.
    Sur le moment, j’en ai voulu à ce groupe d’avoir fait une telle chanson, une chanson qui permette à une petite nana de mettre fin à ses jours  et de trouver les mots justes pour l’accompagner dans la grande bleue qu’elle aimait tant….
    Il m’a fallu du temps pour revenir au concert.
    Il faut du temps... Beaucoup de temps.   

     Puis....  surgit hors de la nuit, le gros nounours et sa charmante violoniste ! J’ai nommé les Cowboys Fringants ! Un public en délire debout, actif, des drapeaux qui volaient…. des bodysurfings non stop, la petite jupette de Marie-Annick, la cravatte de Karl, et les sauts de Jérôme ont enchantés le théatre antique de Vienne hier soir… Ils avaient l’air impressionnés par le lieu, chargé d’histoire (s)  Quelle ambiance ! Ils ont chanté 15 chansons…Quand j’aurai le temps, j’essaierai de mettre quelques vidéos sur Dailymotion ou Youtube, (là, une petite pensée pour Cy-real !)…Je perçois de la tendresse entre les membres de ce groupe et leur public, vraiment j’adore !
    A la fin, les lumières s’éclairent, on remet la musique d’ambiance pour que tout le monde parte et puis non… personne ne bouge, on applaudit, on en veut encore, alors, tout sourire et visiblement très touchés, il reviennent chanter en avant-première Catherine qui sera sur leur prochain album qui sort en Automne ! Yes ! J’attends avec impatience ce nouvel opus !

    Bref, une excellente soirée….

    Ce soir, je vais voir Manu Da Silva… la fête continue… ;-)
         

  • Comme t'étais en vie !

    414566316.jpg"Nous sommes des milliers, un fleuve extraordinaire
    Notre force est sublime, elle emportera tout
    Et s’ils essaient encore ils se frotteront à mille cœurs debout"
    Cali

     

    Concert de Cali, Halle Tony Garnier, Lyon le 9 avril 2008.

    Après une courte première partie (et courte rimait avec tant mieux !) nous nous sommes trouvés devant un écran sur lequel était diffusées des images de foules, de manif en rouge, noir et blanc, puis la salle est devenue rouge et  Cali est arrivé bondissant, en demandant à tout le monde de se lever « plus haut », « Lyon », et en chantant  "1000 cœurs debout"… Magnifique !
    Il courait d’un bord à l’autre de la scène, sautillant, constamment en mouvement, se baissant pour toucher les gens, souriant, gai…
    Il a chanté pendant que derrière lui sur un écran géant étaient projetés images, photos, dessins….
    Quelle énergie, quelle présence, quelle générosité, J’ai adoré cette proximité, ce partage. Pas de consigne pour les appareils photos (comme quoi c’est possible) ! Au contraire, il semblait s’en amuser, il a fait monter sur scène un couple de jeunes rencontré dans l’après-midi à la Fnac, puis il a chanté au téléphone qu’une nana lui avait tendu dans la foule. Bref, une vraie communion, je pense que nous étions aussi heureux que lui de vivre ce moment-là.
    Il a même filmé son public un moment, puis a pris un bain de foule majestueux un petit mot, une main serrée…  puis est revenu sur scène après un très long slam. Et cet homme tout de blanc vêtu porté par son public avait vraiment quelque chose de magique.
    De très bons musiciens  Richard Kolinka  (l'ex batteur de Téléphone) un bruiteur extra, des cuivres, une bonne équipe !
    Des grands moments d’émotions, quand il a chanté pour les sans sans-papiers, pour son combat de père, ou contre la guerre devant la photo de son père… et quelle poésie lors de la reprise de Roberta chantée avec le public…
    Lors de ce show j’ai pensé à mes grands-parents, à mes parents, à mon amie disparue, je crois que c’est la première fois qu’en concert, il y a un texte, une émotion pour tous ceux que j’aime. Drôle d’impression, cet homme qui ne sait rien de moi et qui me touche au plus profond en me donnant autant de plaisir. Bref, vous l’aurez compris, ce fut un grand moment de bonheur !

    Il a beaucoup donné hier à Lyon et nous avons tout pris avec une telle joie !
    A l’issue du concert, il n’arrivait pas à quitter la scène et nous nous n’arrivions pas à quitter la fosse, les mains tendues, en chantonnant… impossible de se décoller… je crois qu’il boitait… et il remet cela ce soir à Toulouse !!!
    .....
    Quand les portes se sont ouvertes, tout le monde s’est alors dirigé vers la sortie, et là, on ne se dit pas : quel troupeau de mouton !
    Non, on pense : qu’il était intense ce moment-là, vécu tous ensemble !

    Il a plu dehors, on ne se dit pas : zut, c’est tout mouillé, glissant,
    Non, on trouve que les reflets de lumière sur les pavés sont gracieux et que la nuit est belle !

    On ne se dit pas : je suis crevée, je vais me coucher...
    Non, on pense qu’il suffira de fermer les paupières pour avoir l’impression d’y être, encore un peu....

    Merci  Cali !

  • Cruel dilemme...

    371105821.jpg39740195.jpg« Je vais encore sortir ce soir
    Je le regretterai peut-être
    Je vais encore sortir ce soir
    Je le regretterai sans doute »

     

     

     

    pour répondre à Etienne Daho, ben moi je ne sortirais pas ce soir, et je le regrette déjà….;-(

     Je viens de découvrir avec horreur que ce soir à Lyon, auront lieu deux concerts : Ridan et  Cali !!!

    J’aime les deux. (histoire de pouvoir encore me taxer d’opportunisme…. de suivre la mode…. les artistes médiatisés…. ).

    Ben oui, j’aime Goethe et Stephan King, Beigbeder et Zweig, Philippe Besson et Alexandre Jardin… et puis tant d’autres.
    J’aime la sincèrité de Michel Onfray, et la démarche des décroissants…
    Mes dernières séances de ciné étaient : Bienvenue chez les Ch’tits (où j’ai bien ri), et No country for old men (où j’ai eu peur) et There Will Be Blood (où j’ai retenu mon souffle) et  Into the Wild  (où j’ai pleuré….)

    Alors l’adage populaire prétend que « quand on a le cul entre deux chaises, on s’assoit par terre »…
    Et bien c’est un peu cela, impossible de choisir !

    Mais tout de même je mettrais mes petits fesses dans un bon fauteuil et je savourerai « Pi » de Darren Arnofsky (pas mal quand même !)

    Mais il est vrai que les albums de ces deux artistes me plaisent énormément.

     http://www.caliciuri.com/video

    http://ridan.com/videos

    Je suis tout de même un peu tristounette de ne pas sortir ce soir. ;-)

  • Le retour du grand brun à la grosse voix

    1358084563.jpg

    "Je suis un enfant de la ville, je suis un enfant du bruit
    J'aime la foule quand ça grouille, j'aime les rires et les cris
    J'écris mon envie de croiser du mouvement et des visages
    Je veux que ça claque et que ça sonne, je ne veux pas que des vies sages"

    GCM

     

     

     

     

     

     

    Révélé avec son premier album "Midi 20",

    Grand Corps Malade sort son second opus  "Enfant de la ville".

    Le slameur de Saint Denis, revient avec de très beaux textes
    et une mise en musique particulièrement réussie.

     

    Pour en savoir plus "Envoyé Spécial", consacre ce soir
    un sujet au Grand Corps Malade.

     

    Il est particulièrement émouvant ce Fabien, qu’en pensez-vous ?

  • Et la tendresse, bordel....

    690881174.JPG

    "Le bonheur, c'est quand le temps s'arrête". 
     Gilbert Cesbron

     

     

     

     

    Marguerite

     

    La semaine dernière ma grand-mère a fêté ses 98 ans !

    Elle va plutôt bien, a fait le deuil de ses jambes, mais a encore bon œil, bon coup de fourchette. Souvent quand j’arrive elle est assoupie, je lui caresse une main et lui murmure quelques mots. Alors ses yeux s’illuminent, elle me fait toujours un sourire qui fait le tour de son visage.

    Ma grand-mère est très belle !

    Elle a de petits yeux vifs, elle est encore gourmande et coquine.
    Quand elle montre des photos d’elle, jeune, tout le monde pense que c’est moi, il parait que nous nous ressemblons...

    Parfois, elle se "déconnecte", s’invente alors une vie palpitante, prétend être partie quelques jours avec le directeur de la maison de retraite, avoir un chien, ou des chevaux… Elle a l’air heureuse. D’autres fois par contre, elle n’a pas le moral, elle me demande de ne plus aller la voir, dit que c’est trop long, qu’il faudrait qu’elle parte maintenant. Elle reconnaît avoir eu une belle vie, malgré tous les coups durs… mais elle n’attend plus rien !

    Tout à l’heure à la maison de retraite, une chanteuse est venue avec sa guitare et du coup, main dans la main j’ai chanté avec ma grand-mère !  Il y avait ce texte magnifique que j’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver. La version originale est celle de Marie Laforet, par contre dans cette version, celle de Bourvil, un couplet est rajouté :

     
    « On peut vivre sans richesse

    Presque sans le sou

    Des seigneurs et des princesses

    Y'en a plus beaucoup

    Mais vivre sans tendresse

    On ne le pourrait pas

    Non, non, non, non

    On ne le pourrait pas


    On peut vivre sans la gloire

    Qui ne prouve rien

    Etre inconnu dans l'histoire

    Et s'en trouver bien

    Mais vivre sans tendresse

    Il n'en est pas question

    Non, non, non, non

    Il n'en est pas question


    Quelle douce faiblesse

    Quel joli sentiment

    Ce besoin de tendresse

    Qui nous vient en naissant

    Vraiment, vraiment, vraiment

    Quand la vie impitoyable

    Vous tombe dessus

    On n'est plus qu'un pauvre diable

    Broyé et déçu

    Alors sans la tendresse

    D'un cœur qui nous soutient

    Non, non, non, non

    On n'irait pas plus loin

    …. »


    La Tendresse de Noël Roux / Hubert Giraud - 1963 (
     Version modifiée chantée par Bourvil)
    http://www.dailymotion.com/video/x32t0m_bourvil-la-tendresse_music 

     

    En echo, viendrait alors le texte de Daniel Guichard

     

    « La tendresse
    C'est quelquefois ne plus s'aimer mais être heureux
    De se trouver à nouveau deux
    C'est refaire pour quelques instants un monde en bleu
    Avec le cœur au bord des yeux
    La tendresse, la tendresse, la tendresse,
    La tendresse.

    La tendresse
    C'est quand on peut se pardonner sans réfléchir
    Sans un regret sans rien se dire
    C'est quand on veut se séparer sans se maudire
    Sans rien casser, sans rien détruire
    La tendresse, la tendresse, la tendresse,
    La tendresse. »

     
    http://fr.youtube.com/watch?v=ma8035ETDxs

    Paroles: Daniel Guichard, Jacques Ferrière. Musique: Patricia Carli - 1972

  • Eldorado....

    "Mais tu ne me dois rien
    350726758.jpgj'ai eu un mal de chien
    à me faire à cette idée
    à l'accepter enfin
    est-ce qu'au moins tu m'en s'rais gré?
    Chacun poursuit son chemin
    avec ce qu'on lui a donné
    mais toi tu ne me dois rien."

    Stephen Eicher

     

     

     

    Dans la série mes super-mecs, il me faut vous parler de mon ami Z…. pas Zorro mais presque !

    Je voulais aller voir Stephan Eicher qui passait dans la banlieue lyonnaise. Mais les circonstances ont fait que lorsque j'ai voulu acheter des places, il était trop tard, concert complet, tout était vendu ! ;-(

    Alors j’ai appelé Z…

    .... et du coup, il m’a  invité au concert !
    En voilà un bel exemple de "super-mec" à moi !
    Soirée vraiment très agréable.
    Stephan Eicher est venu en jean, chemise blanche, gilet  et veste noirs, à l’heure très précisément  (je ne me souvenais plus que c’était possible, est-ce la ponctualité suisse ?) Au début il était seul avec sa grosse guitare blanche… puis il l’a remplacée par une plus petite guitare blanche aussi,  et ses deux musiciens l’ont rejoint.  A eux trois ils nous ont fait un concert  du tonnerre, en s’amusant comme des fous avec des samplers et en mettant en boucle des sons enregistrés avec leurs différents instruments, chacun étant complètement polyvalent !
    Raffinement aussi dans les jeux de lumière, souvent indirects ou en ombres chinoises, qui mettaient vraiment le trio en valeur.
    Un public sympa, l’ambiance était vraiment bonne !
    Soirée magique… merci Z et ta "super-nana" avec qui j’ai couru dans la fosse pour me rapprocher du "super-mec" star (comme beaucoup de fiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiillles)…  pour les dernières "super-bonnes" chansons ! ;-)

     

    Article précédent sur Stephan Eicher...

     

  • Ce mec est too much...

    1920621020.jpgDans le monde moderne,
    c’est la représentation médiatique d’un homme
    qui est à l’origine des actes que cet homme accomplit
    (afin de devenir s aporpre représentation).
    John Shotter (sociologue)

     



    Pete Doherty était attendu le 15 janvier au Tranbo de Lyon, concert complet depuis bien longtemps, et puis en fait, BabyShambles ce sera pour le 5 février !

    Selon l'organisateur "Monsieur DOHERTY est convoqué ce jour-là par Monsieur le Juge pour son contrôle judiciaire".


    Pete Doherty est le sujet de l’édito du « Petit Bulletin » (Hebdo gratuit des spectacles » Edition de Lyon). L'article se termine  ainsi : « c’est peut-être ce qui touche chez Doherty : il peut écrire des hymnes à jouer dans les stades, mais on ne sait jamais s’il sera capable d’enfiler son short et de sortir des vestiaires. La postérité notariale et impitoyable, se chargera toute seule de faire le tri et livrera, ou pas, les dividendes de ce talent dont Pete ne sait que faire »

    Pour « 491 » (cultures urbaines et d’ailleurs) qui n’a pas eu le temps de modifier son article de la 1ère page, la conclusion est la suivante : « on aime Pete Doherty pour tout ce qu’il est et incarne. Ame damnée ? Poète maudit ? Rockeur sulfureux ? Il est un peu tout ça. Capable du meilleur comme du pire, provocateur, cynique, jusqu’au-boutiste et …. Attachant parce que fragile et terriblement humain. On rêve d’un concert haletant et sans blabla, qui joue vite et bien ».

    Du coup, tout cela attise ma curiosité, mais qui est cet homme-là en fait ? Je me suis un peu documenté sur ce jeune dandy, paumé, excessif, qui par sa vie tumultueuse fait souvent la une des journaux à scandales. Je ne sais pourquoi, mais c’est le genre de type que je trouve attachant. Père militaire, élevé à la dur, qui se refugie dans la littérature. Il a rapidement son « style », et prend le chemin d’une vie chaotique…. Prix de poésie à 16 ans. Reconnu au niveau musical, en février 2003, son groupe The Libertine est  nommé « meilleur nouveau groupe » aux NME awards. Jeune homme trop charismatique, trop talentueux, trop énervant, trop excessif, trop mignon, trop dévergondé, trop décadent, trop génial,  trop désinvolte, trop imprévisible et à la trop vie tumultueuse… (drogues, cures de désintox, cambriolages, vols, bagarres…) genre sale gosse, gâté qui brûle sa vie par les deux bouts.

    Et puis je l’ai écouté toute la matinée, et j’aime bien, il me sera trop difficile de choisir quelques titres, parce qu’il faut du temps pour que je m’en imprègne mais sa voix et sa musique me parle bien ! Comme cela, un peu par hasard :

    http://www.youtube.com/watch?v=am8C47g41Nk
    http://www.youtube.com/watch?v=GTsXQE8w1J8

  • Adrien, Félix et Karim

    3d03f40b00fbab168f91cd62f395e46d.jpg« Tu verras, tu verras
    Ils ne nous auront pas
    Non, tout ne se finit pas comme ça,
    Et sans se faire attendre,
    on se fera entendre
    Mais non tout ne se finit pas comme ça »



    Alors après Luke, Deportivo, Eté 67, voilà mon nouveau coup de cœur !

    Trois jeunes (très djeuns) dans le vent, et apparemment, ils prennent de bons ascendants… v’là donc BB Brunes

    Un premier album plutôt réussi.  Cela fait un moment que je les écoute à la maison, et franchement me font bien craquer :

    Dis-moi : http://www.youtube.com/watch?v=nE8ExAWthpk&feature=related

    Perdus la nuit : http://www.youtube.com/watch?v=cTDyDoll8so&feature=related

    Le Gang : http://www.youtube.com/watch?v=TIoREQ81z3Y

    Elle est blonde…. http://www.youtube.com/watch?v=YK1GsW_vNiw&NR=1

    Pour en savoir un peu plus sur eux : http://www.ramdam.com/disco/disco04/13643.htm

  • L'amour le vrai, un jour y meure, y reste pas...

    17ade209dfed753b3514e9abfb8b7b58.jpg"Si elle continue de m’aimer alors que cette menace est sur nous, c’est la preuve que cet amour qu’elle me porte à la force de tout défier. Et s’il possède cette force, je peux enfin croire en lui…"
    Charles Juliet –  L’année de l’Eveil

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/clarika/video/xc8lp_clarikalavilliersnon-ca-speut-pas

    Bien sûr que je me les pose aussi ces questions, et puis d'abord, pourquoi pas ? Moi, je veux y croire ! ;-) 

    En tout cas cette chanson entre en écho avec celle d’Alain Souchon que j'adore, (et la chanson, et Souchon !) : 

    "Quand j'serai K.O.,
    Descendu des plateaux d'phono,
    Poussé en bas
    Par des plus beaux, des plus forts que moi,
    Est-ce que tu m'aimeras encore
    Dans cette petite mort ?

    Attention : plus personne
    Porteurs de glace de chewing gum,
    Plus d'belle allure,
    Chevaux glissant sur la Côte d'Azur.
    Quand j'serai pomme,
    Dans les souv'nirs, les albums,
    Est-ce que tu laisseras
    Ta main, sur ma joue, posée comme ça ?
    Est-ce que tu m'aimeras encore
    Dans cette petite mort ?

    Plus d'atoll
    Pour une déprime qu'a du bol,
    Plus les folles
    Griffonnant "Je t'aime" sur des bristols.
    Quand j'serai rien
    Qu'un chanteur de salle de bains,
    Sans clap clap
    Sans guitare, sans les batteries qui tapent,
    Est-ce que tu m'aimeras encore
    Dans cette petite mort ?"

  • "N'oubliez pas qu'c'est par les urnes qu'est arrivé Hitler"

    Les ailes brûlées clouées au sol et
    La tête vers le ciel, vers la splendeur de l'éternel ailleurs
    Cherchant l'étoile qui fait tourner la roue
    Loin d'ces quadrillages ou même l'air ne peut être libre comme l'art
    Comme la pureté d'un geste
    La profondeur d'une pensée illimitée quand l'opinion est HS
    Sans mâcher mes mots, voir large, est-ce si barge
    Est-ce la frontière si fine entre folie et sagesse
    Réflexion pesante
    Cheminement infini en quête de l'archétype mais mon âme est souffrante
    Mémoire passée, ils voudraient voir mon espoir cassé
    Où est la berge, où est la perche, maintenant j'en ai assez
    J'me noie, j'ai perdu ma barque
    Quand j'ai vu que celui qui la conduisait n'était autre que mon ennemi
    Mais comme quand la nuit tombe, l'océan et le ciel ne forment qu'un
    Oh j'ai pu voir l'espace infini
    Ô liberté ! Ma chère amie, ta présence est abstraite
    Vu que c'est dans ma tête que j'ai appris à te connaître
    Ô liberté ! Imbibe mon encre et ne quitte plus mes pensées
    Bulle d'oxygène dans un monde limité où la vérité s'cache en nous
    Clairvoyance, intuition, mais avons-nous idée de tout c'qui s'cache en nous, nan
    C'est rires contre larmes
    L'égo contre l'âme
    Et à plus haute échelle, j'dirais l'illuminati contre l'homme
    Epoque cruelle dénuée de sens
    Dur de voir clair derrière les mascarades et les buées de sang
    J'me sens comme perdue au coeur d'une immense machine
    Qui n'en a jamais eu et qui nous dénature
    Mauvais pressentiment quand je pense au futur
    Les yeux ouverts, l'horreur tente de me les crever
    Mais le plus dur reste à venir le jour où ça sera trop tard
    Où la surveillance sera absolue et nos prénoms seront des codes barres
    Tout va de plus en plus vite car pour eux le temps c'est de l'argent
    Alors on oublie de vivre, c'est navrant
    En nous se crée un vide, que rien ne comblera
    Car l'ombre s'est emparé de notre monde
    Mais on ne croit que c'qu'on voit ou c'qu'on veut bien nous laisser voir
    Donc ouais on est aveugles
    Ça m'fait mal au coeur, mais regarde, même nos âmes buggent
    Au fond d'nous, ces tourments
    Car dehors c'est tournant
    Soumis à notre sort, on oublie qu'la vie est mouvement
    Que la force issue d'un idéal ou d'une volonté
    Transcende tous les schémas établis
    Qu'les barrières sont dans nos crânes
    Qu'on est seuls à pouvoir les virer, s'libérer
    En laissant notre coeur s'émouvoir
    Trop portés sur l'extérieur
    Et à force de vouloir être comme tout le monde
    Peu sont quelqu'un en fin d'compte
    On d'vient c'qu'on nous montre
    Au lieu d'être c'qu'on est
    Pourtant c'mode de vie fait mal mais on s'laisse cogner
    On subit un monde qui nous dépasse
    Et qui nous replie sur nous-mêmes en nous laissant des traces
    Alors j'ferme les yeux pour ressentir la lueur
    Pouvoir faire le vide en moi afin d'être réceptive au bonheur

    Car changer le monde commence par se changer soi-même
    Changer le monde commence par se changer soi-même
    Changer le monde commence par se changer soi-même
    Car changer le monde commence par se changer soi-même
    Changer le monde commence par se changer soi-même
    Changer le monde commence par se changer soi-même

     

    Entre les lignes - clouée au sol

     

     

     

    527580afb19299a8599e70cac02bd4e9.jpgJ’ai vraiment beaucoup de mal avec le rap…

    Et puis, Philippe Corcuff, lors d’un cours de philo m’a fait découvrir Keny Arkana. Et j’ai pris dans la figure les mots saccadés de cette jeune rappeuse ! (texte ci-dessus et pour découvrir ses mots mis en musique : http://www.deezer.com)

    Comment rester indifférente à cette petite nana qui en a tant dans le ventre ?

    Je suis rentrée chez moi, et j’ai découvert l’écriture de Keny Arkana.

    Elle sera demain à Lyon, il ne me sera pas possible d’aller la voir pour « de vrai », et je crois que c’est la première fois que je regrette de ne pas pouvoir aller à un concert de rap !

    Des textes percutants, une qualité d’écriture évidente.

    Ou comment passer à côté de gens vraiment bien, seulement parce que l’on n’aime pas trop le genre et du coup, on n’est pas assez curieux…

    Merci à la philo (porte ouverte sur le monde), merci Philippe (pour avoir allumer cette petite flamme), merci Keny (pour ton engagement, pour ce rappel à l’ordre !)

    Bon va falloir me mettre au rap, (j’vais commencer par me changer moi-même ;-)) now, mieux vaut tard que jamais !

  • "C"est comme ça", mais ça fait mal...

    6132971.jpg"C'est la mort
    Qui t'a assassinée, Marcia
    C'est la mort
    Tu t'es consumée, Marcia
    C'est le cancer
    Que tu as pris sous ton bras
    Maintenant
    Tu es en cendres, en cendres
    La mort
    C'est comme une chose impossible
    Pour toi
    Qui est la vie même, Marcia
    Et même à toi
    Qui est foroe comme une fusée
    C'est la mort
    Qui t'a emmenée"

    Ce couple duo, va me manquer.

    J’aimais ce guitariste aux allures d’ado, un peu mal à l’aise, je le voyais toujours un peu comme un personnage sorti de BD… et cette nana déjantée qui aimait provoquer…

    Ensemble, ils étaient tellement surprenants avec leur côté kitsch, originaux, créatifs, différents de tous les autres.

    A force de chanter que « Les histoires d’amour finissent mal en général », il leur a fallu prouver le contraire. Cette histoire d’amour ne finira pas, même si on aimerait encore avoir le plaisir de les voir et de les écouter chanter ensemble.

    C’est un peu bête ce que je viens d’écrire, parce qu’il est bien évident que l’on peut aussi dire :  ben voilà maintenant c’est fini !  ;-(

     Nous reste alors les souvenirs et leur 11 albums, dont leur dernier opus "Variety", sorti cette année…

  • Kaolin

    25c19f77ecb24a813e162952f65cc710.jpgPartir, c'est mourir un peu, mais mourir, c'est partir beaucoup.
    Alphonse Allais

     

    Encore une autre petite chansonnette qui passe pas mal chez nous :

    Kaolin, "Partons vite".

    http://www.youtube.com/watch?v=JxaJIZ_FBsk

     Avec un clip un peu naïf… qui en rappelle un autre :

    "Combien de temps", Stephan Eicher

    http://www.youtube.com/watch?v=EzjlluQEgiA

  • La lettre....

    749e23a6de5962c60445df7036042360.jpgLes lettres servent d'ornement dans la prospérité
     et de consolation dans le malheur.
    Aristote

     

    Je sais on l’entend peut-être un peu trop à la radio, mais tout de même, c’est mignon tout plein !

    J’adore le sourire de Renan Luce, on dirait un môme ! Et ce petit clip est simple mais craquant !

    http://www.youtube.com/watch?v=zWooP8cFSA4

     et puis un autre, Les voisines sur les images d’Alfred Hitchcock "Fenètre sur cour » et James Stewart ! ;-)

    http://www.youtube.com/watch?v=1asLzd9eAbg

  • Le Grand Jacques...

    ff28f276eefa9a0bfa6e9e3164da8473.jpg "Je n’aime pas les gens bêtes. La bêtise, c'est de la paresse. La bêtise, c’est un mec qui vit et qui se dit, ça me suffit. Je vis, je vais bien, ça suffit. C’est celui qui ne se botte pas le cul tous les matins en se disant, c'est pas assez, tu ne sais pas assez de choses, tu ne vois pas assez de choses. Une espèce de graisse autour du coeur et autour du cerveau".

    Jacques  Brel,
    né le 8 avril 1929  à Schaerbeek (Bruxelles, Belgique),
    et mort (embolie pumonaire) le 9 octobre 1978 à Bobigny.
    enterré sur l île d'Hiva-Oa (Marquises) près de la tombe de Gauguin.

    Pour moi, un très, très grand… qui me manque énormément !

    Parce qu’il y a eu :

    Ne me quitte pas :
    http://www.youtube.com/watch?v=uEAGoLHMMoA&mode=related&search=
    Pour l’émotion, pour la douleur de cet homme, pour cette plainte qui me touche tellement…

    Les Vieux :

    http://www.youtube.com/watch?v=HG_UbpS9J98&mode=related&search=
    Pour la justesse de ton… 

    Amsterdam :
    http://www.youtube.com/watch?v=POGegLVKjdQ&mode=related&search=
    Parce que si évocatrice…

    Le plat pays
    http://www.youtube.com/watch?v=DJqm4ibWpoo&mode=related&search=
    Pour ce pays que je ne connais pas…pour la poésie, les images....

    La chanson des vieux amants :
    http://www.youtube.com/watch?v=H1DpjXQUDsI&mode=related&search=
    Pour :
    « Mon amour
    Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
    De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
    Je t'aime encore tu sais je t'aime »
    et puis aussi pour :
    « Moi je sais tous tes sortilèges
    Tu sais tous mes envoûtements
    Tu m'as gardé de piège en piège
    Je t'ai perdue de temps en temps..."

    Quand on a que l’amour :
    http://www.youtube.com/watch?v=HTokvxPuxKI&mode=related&search=
    Parce qu’elle est sublime cette chanson !

    Ces gens-là :
    http://www.youtube.com/watch?v=jmPP-eCSy04&mode=related&search=
    Parce que le tableau est si vrai, si juste.

    Mathilde :
    http://www.youtube.com/watch?v=PUJvsxv1yyI&mode=related&search=
    Parce qu’elle est revenue !

    Pour n’en citer que quelques-unes… La liste serait si longue.

    http://fr.sanescreen.org/wiki/Jacques_Brel
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Brel

     « Enfin, quoi, si j'avais du talent,
    je n'aurais tout de même pas fait des chansons »
    Jacques Brel

  • Je ne m'en souviens plus...

    8392a76111b972abcd4e07305372cb8f.jpgLa mémoire est l’avenir du passé.
    Paul Valéry

    Test de mémoire.....
    http://neutralx0.net/home/mini04.html

    Association d’idées :

     Mémoire… une citation… un test… Jeanne Moreau, « j’ai la mémoire qui flanche », (je ne trouve pas d’images)… Tourbillon de la vie

    http://fr.youtube.com/watch?v=0h5nVrmypog (sous-titrée en anglais, pas banal !)

    et puis ce beau moment de télé, cette rencontre Vanessa Paradis et Jeanne Moreau… Je ne les apprécie pas spécialement toutes les deux, mais là, c’était tout de même vachement beau !

    http://fr.youtube.com/watch?v=_ZopXqnOlYw&mode=related&search=

    Qu’est-ce que je voulais dire aussi ??? ;-)