UA-72474343-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 2

  • AVANTI la vie

     

    petit perron, pierre bénite,maison des champs

    Vis comme si tu devais mourir demain.
    Apprends comme si tu devais vivre toujours. 

    Gandhi

     

    Une page se tourne, et je débute un tout nouveau cahier.... Grand, le papier est lisse, les pages blanches ne demandent qu'à être noircies....

    Fière du bac de mon fiston, un aboutissement !!! Cela représente tant ! Nous avançons tous les deux depuis si longtemps...  et tout cela ce n'était pas rien et pas pour rien, YES !
     
    Toujours des petits et des grands bonheurs avec l'homme qu'on s'aime (ben oui, c'est réciproque alors ! ;-)). main dans la main, partageant la joie communicative de Ben l'Oncle Soul qui a fait faire le silence à Vienne et qui a chanté a capella, la douceur de  Bobby McFerrin, la grâce de Taj Mahal (et cette voix !!!), le magnifique hommage à Robert Wyatt à Fourvière... pour ne citer que les dernières soirées d'été à Lyon, c'est à dire sous un kway, subissant les giboulées de mars - en juillet, mais on s'en fout, c'était tel'min bien ! 
     
    Donc, que tout cela continue tout en menant de front de nouveaux projets, une nouvelle vie... même si tout n'est pas nouveau, et qu'il me faudrait plutôt dire que je m'installe petit à petit... va me falloir prendre la pioche, la bêche, le pinceau. Il y a tant à faire ! Pourvu que je ne me perde pas, que je ne m'épuise pas. 
     
    Sur la première page, un jardin vert... un beau soleil et un beau titre : C'EST PARTI !  
  • Vous avez dit théâtre ?

    désespéré, courbet« Les hommes doivent souffrir leur départ
    Comme leur venue ici-bas ;
    le tout est d’être prêt. »

    Le Roi Lear


    Une belle rencontre. Une nouvelle Françoise est entrée dans ma vie. Et je vais finir par me demander si les Françoise ne sont pas des personnifications d’anges. Cela parait bête de dire de telles choses, mais ce sont des rencontres qui ont changé ma vie. La première a bouleversé mon rapport à la mort, au suicide, au lâcher prise. La seconde en rendant possible un sacré voyage dans le Sahara a ouvert une brèche qui me rend plus vivante aujourd’hui. Et maintenant, cette dernière, m’enchante… Belle femme, passionnée qui me parle de l’art sous toutes ses formes avec une telle passion, j’ai envie de plus la connaitre... Elle m’a fait découvrir à l’Opéra de Lyon, les contes d’Hoffmann de Jacques OFFENBACH, grandiose !  et Cœur de chien d’Alexander RASKATOV, décapant, surprenant, étonnant…..

    En parallèle, avec mon Chéri, nous continuons à sortir, toujours partants pour tout ce qui se présente à nous : danse, café-théâtre, musique, théâtre, ciné….

    Nous continuons notre aventure avec le Théâtre du Point du jour. Nous nous embarquons maintenant pour Shakespeare en suivant Gwenaël MORIN, qui nous surprend toujours et nous ravis aussi grâce au jeu (et au travail) de sa troupe. Et puis, cette idée de continuité me plait bien aussi, une véritable joie de retrouver ces remarquables comédiens. Des vrais, j’ai envie de dire ! Oui parce que nous sommes allés applaudir le roi Lear au TNP. Encore du lourd ! Une mise en scène peut-être trop « classique », sans surprise, nette, précise, trop ?… Et puis ensuite, conf à la Fac avec Christian SCHIARETTI le metteur en scène qui nous parle de Serge MERLIN (le roi Lear) qui réalise cet exploit grâce à une oreillette, et oui, sa femme lui lit le texte ! Le voile de la déception tombe ! Stupeur ! Comment cela, on m’aurait menti ? Les comédiens n’ont donc plus à apprendre leurs textes ?  Il leur suffit de répéter et de mimer ?

    Je suis vraiment une grande naïve et comme j’aimerais pouvoir le rester parfois !

  • Réponse à Pat....

    stylo-plume.jpg« Celui qui est maître de ses pensées est plus grand
    que celui qui est le maître du monde. »

    Bouddha

    Cher Ami,

    Ton post me force à écrire… il me faut répondre, voilà donc des nouvelles….

    " Pour moi, une seule question reste : quand le tocsin a sonné, était-il heureux de sa vie, dans le sens où il a pu caresser ou toucher du bout de ses doigts ses rêves "impossibles" ? Si oui, alors la fin n'est qu'un passage. Un passage vers autre chose. Un passage où le sourire traverse le temps et l'espace pour se déverser dans le fleuve mystère de l'Univers ..."

    Si le toscin sonnait là maintenant, je crois que je pourrais reprendre les mots du poète : j’ai souffert souvent, je me suis trompée quelquefois, mais j’ai aimé…. Et j’aime encore… ma vie n’est pas terminée ! Je suis plutôt satisfaite de la tâche accomplie même si bien sûr, tout
    n’a pas été réussi….

    « Si les gens sourient à l'évocation des souvenirs du défunt, alors il faudra aller tous faire un pique nique sur l'herbe et partager ensemble les bons souvenirs d'un être accompli" »

    J’espère être un tel être, je rêve d’un tel rassemblement… Bien sûr qu’il reste à faire, mais un jour, se dit-on que tout est fini et qu’il ne reste plus rien à accomplir ?

    « Et toi, ma grande Kris, qu'es-tu devenue ? Blogueuse sur-vitaminée à 180 à l'heure ! Es-tu en panne sur une aire d'autoroute ? Ne laisse pas ton jardin en jachère ... Cultive le et rend le radieux pour les égarés de la toile ... Il y a la majorité silencieuse, il y a les timides, il y a les lecteurs de passage. ».

    Amusant, ce regard sur moi…. Oui, je suis en panne, non c’est bien plus compliqué que cela, en fait ! Il faut un temps pour tout ! Là, je n’ai plus le temps d’écrire… En panne d’écriture, en panne de lecture, mais en vie, « tellement si fort »! Vivante sur-vitaminée à 180 à l’heure…

    Mon jardin est en jachère tu as complètement raison, pas une salade, pas une tomate cet été… Par contre mon jardin intérieur est épanoui, resplendissant, luxuriant, une vraie jungle…

    Tu donnes plus d’importance à ce lieu, qu’il n’en a… Mon blog est peu lu et bien peu suivi, je n’ai pas l’impression de manquer à grand monde, là-dessus, à part toi, peut-être, un 13 juillet !

    Et puis que dire ?

    Que j’aime aimer et que j’aime être aimée, même si  ce n'est  jamais si simple.

    Ou encore, faire les critiques des spectacles qui m’enchantent, la liste serait longue et je suis certaine d’en oublier, mais spontanément quelques coups de coeur : l'invitation de mon amie Isa à aller applaudir Patrickkkkkkkkk, une bien belle soirée en sa charmante compagnie et cet homme a vraiment un charme fou ! Le Fort de Bron et son Don Quichotte surprenant extra ! (entendre le rire de mon fiston et de mon homme, j’adore !), la nuit passée dans le théâtre antique de Vienne a écouter de 20 h à 6 h du mat du jazz, collée à mon chéri, et rentrer me coucher au lever du soleil, et le lever du soleil à toujours quelque chose de magique, non ?…. George Benson et tout le théâtre antique debout qui chante et qui danse. Auparavant, il y avait eu la douceur de Mohamed Abozekry et de son oud mais aussi Terrasson qui s'éclatait sur son piano, la projection des photos de Le Querrec pendant que Mister Portal et co jouait et d’autres groupes, les jeunes et dynamiques (même à 5 h du mat) Snaky Puppy …

    Les spectacles enchanteurs de danse dans l’autre théâtre antique de Lyon, celui de Fourvière : la découverte de Abou Lagraa et de son magnifique El Djoudour qui m'a particulièrement émue,  le dernier spectacle de Cherkaouki et ses danseurs de tango époustouflants, la beauté d'Opus de la troupe Circa et du Quatuor Debussy. Il me faudrait aussi parler du concert de musique classique dans ce parc, des étonnants et fort sympathiques Lost Fingers, appréciés par nos jeunes aussi, de ces soirées cafés-théâtres qui font passer de bons moments…. De ces rassemblements familiaux ou amicaux, de ces temps autour de piscines fort accueillantes mais dont l’eau n’est jamais assez chaude pour moi ! De ces petits restaus, de ce groupe de jeunes gens et de leur très agréable jazz devant l’Opéra…

    Il y a aussi tous ces pas, main dans la main, tous ces moments, peau contre peau, tous ces instants, yeux dans les yeux, de ces éclats de rires, de ces questionnements, de ces conversations qui n’en finissent pas et de toutes les fois où les mots sont inutiles....  de tout ce temps partagé avec celui que j’ai dans la peau…

    « C'est une part de tes passions, de ta vie et de tes rêves, alors remets de l'eau dans la loco, allume le feu et en avant pour de nouvelles écritures ! »

    Hier, au bord de la piscine j’ai commencé un bouquin de Jérôme Ferrari… et v’là, ça revient sans en avoir l’air… Il m’a fallu aller chercher un crayon à papier parce que certains passages étaient vraiment beaux…  et aujourd'hui, j'ai beaucoup de plaisir à t'écrire... on ne se refait pas ! ;-)

    Pour finir, je dirai simplement "Tout a commencé par un point, tout se terminera par un point, entre les 2, la vie, notre vie, une vie interactive où rien ne pourra remplacer le rencontre, les regards croisés, le toucher ..."

    Comme tu le dis, le virtuel ne fait pas tout…  je peux très bien me passer de mon ordi et d’internet…. Même si certaines personnes me manquent, mais dans la vraie vie c’est aussi le cas, certains amis se font plus rares, par moment, mais l’amitié est intacte et on finit par se retouver !

    Alors quand viens-tu à la maison l’amigo, histoire que l’on refasse le monde ensemble ?

    Mais en attendant, merci pour ton message…

    Nous sommes tous des hamsters qui tournons dans notre roue…et la roue tourne toujours !

    Je t’embrasse.

     

    Kris

  • 2013 !!!!

     

    Londres

    Tous mes vœux pour cette nouvelle année (j’adore!)

    Que cette année soit bien meilleure que les autres (le meilleur c’est comme le mieux, c’est  l’ennemi du bien, non ?)

    Tout d’abord : la santé (ouais parce que c’est pas cool d’être malade !)

    Puis de l’argent et plein de bonheurs… (et vice et versa et l'un et l'autre et les deux à la fois...)

    Que les hommes (et les femmes et les nenfants…) deviennent tous intelligents (ah oui, ce serait trop bien !)

    Donc plus (mais plus du tout !) de méchanceté, de guerre, de faim, de soif (il suffit de le souhaiter ?)

    De l’Amour… (ben oui, parce que sinon, à quoi ça sert tout ça ? et puis "avec" c’est tellement bien… bon, Yes ! )

     Voilà, ça c’est fait !!!

    Vous l’aurez compris, je ne suis pas très douée pour ce genre d’exercice.

    Je profite tout de même de ce début d’année, pour vous remercier pour vos visites en ce modeste lieu, vos petits mots, nos rencontres (moments partagés autour d’un café, lors d’un concert ou ailleurs…)

    Que les échanges, les partages soient plus fréquents !!!

    Zut, mais c’est un vœu cela !!!! ;-)

                                                                    Merci à vous…

  • Il m'a dit....

    Rome, Roma

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "L'amour, c'est l'absolu, c'est l'infini ;
     la vie, c'est le relatif et le limité."
    Victor Hugo
     

      

     

    Une confidence sur l’oreiller

    Comme une évidence : les dés sont jetés

    Quelques mots  tendrement susurrés

    Un « Je t’aime » passionné…

    Première fois que ces mots se sont imposés !

    Comme un pacte proclamé

    Une promesse de bonheur affirmée

    Une parole donnée

    Une volonté de durée

    Un  besoin de stabilité

    L’envie d’être rassuré

    Et de savoir que c’est partagé.

    Il a fallu du temps pour se poser

    Pour ce chamboulement le maitriser

    Lui donner un nom, une identité

    Le laisser grandir et ne plus le redouter

    Le regarder faire sa place, s’installer,

    Et maintenant qu'il est apprivoisé

    Et qu’on peut même le nommer

    Penser que c’est une chance sacrée

    D’avoir ce petit diamant en soi, tout entier…

  • Paroles de bouc....

    bouc, ardèche, bonheurAvec mes grandes oreilles,

    Je l’ai entendu leur amour….

    Qui prenait des airs de toujours

    Il grondait dans cette vallée de l’Ardèche,

    Ondoyait dans l’eau fraiche

    Il murmurait sur le sable

    Se trémoussait de façon peu convenable

    Il était aussi dans l’air

    A tournoyer comme il sait faire

    Je l’ai entendu ricaner

    Même le soleil était de son côté

    Il était là, maitrisant tous les éléments

    Se conduisant en tyran

    Il a déjoué toutes ses réticences

    L’a envahi malgré ses résistances

    Il était dans son regard à lui

    Quand heureux il s’est senti

    boucIl a pris possession d’elle,

    Elle n’était pas rebelle

    Il ne s’est pas fait prier

    Elle a cru, alors, pouvoir tout oublier

    Il était là, tellement rieur,

    Se jouant d’eux tout en douceur

    Puis s’est amusé en les mélangeant

    Répondant à leurs regards implorants

    Il était tellement sûr de lui,

    En les mettant au tapis

    Il était dans ses yeux,

    Elle le trouvait merveilleux

    Il était sur sa peau

    Il était tellement beau

    Il était sur ses lèvres

    Elles lui ont donné la fièvre

    Il était là, leur laissant croire

    Sans jamais s’émouvoir

    Qu’ils étaient amoureux

    Et vraiment heureux

    Alors qu’ils ne sont que pauvres pantins,

    Maitres de rien…

  • Gourmande comme une chatte....

    chaton

     "Moi vouloir être chat.... Et ne risquer de tes doigts.... Que leurs caresses sur moi"

    Pow Wow

    Amoureuse !!!!!!!!!!
    What else ? 
    Sans commentaire....  

  • On n'en peut plus !!!

    Chateau de grignan, les femmes savantesQu’elle était belle cette soirée….

    Notre déambulation autour du château de la fille de Mme de Sevigné, Le sourire presque enfantin de cet homme que j’aime, son visage baigné par le soleil couchant et la qualité du spectacle…

    Nous étions invités par Télérama au château de Grignan pour applaudir les Femmes savantes pièce de Molière mise en scène par le québécois Denis Marleau

    Bêtement, nous imaginions avoir des places au rabais…
    Bien au contraire, nous étions au milieu des gradins, face à la scène, très bien placés.

    Nous avons longtemps ri en voyant le public arriver et s’entasser sur les côtés alors que les places autour de nous restaient vides. Personne sur le rang devant nous, ni sur les côtés, ni derrière. Les autres invités ne sont pas venus, ou y avait-il une consigne de laisser de l’espace autour de nous ? Nous étions un peu comme perdus sur une île, collé l’un à l’autre… Personne ne nous savait à Grignan et nous imaginions en première page du journal local, un article présentant la soirée et le couple d’amoureux « isolé » en plein milieu du public.

    21 h : le spectacle va commencer, d’un coup les places vacantes sont comblées et le spectacle débute !

    Nous partons pour un voyage dans le temps, la façade Renaissance du château, les robes corolles…mais surtout, que tout cela est joliment bien dit ! Les beaux alexandrins de Molière, nous ravissent…

    La fraicheur du soir nous enveloppe, on regarde, on rit, on écoute, on apprécie le moment….

    Deux sœurs Armande (Noémie Godin-Vigneau) et Henriette (Muriel Legrand) discutent autour d’une pièce d’eau…. La dernière veut profiter de la vie, se marier, avoir des enfants, à l’opposé de sa frangine, qui elle, ne veut pas se rabaisser à cette condition de femme, et veut s’émanciper et s’orienter vers la science, la philosophie, dans les pas de sa mère... Le hic est que Clitandre (François-Xavier Dufour) après avoir courtisé en vain Armande, est tombé amoureux d'Henriette et que cette dernière, elle, est prête à accepter les avances de ce bel homme. Cependant sa mère  en a décidé autrement et on sent une pointe de jalousie chez la sœur ! …. V’là le cadre est posé c’est parti…

    Et toute cette famille s’agite….

    Que ces acteurs sont remarquables : La mère Philaminthe (Christiane Pasquier) a tous les pouvoirs. Le père, Chrysale (Henri Chassé) qui a "certaine volonté d'âme qui le soumet d'abord à ce que veut sa femme"..  La belle brune Bélise (Sylvie Léonard) qui sous des airs de Liz Taylor est persuadée d’être irrésistible et que tous les hommes sont amoureux d’elle - quelle grâce lorsqu'elle descend les quelques marches, sa coupe de champagne à la main... Le frère Aristide  (Bruno Marcil) qui œuvre pour améliorer les choses et le bon sens de Martine (Estelle Clareton), la bonne, ainsi que le 2ème intello "de service" : Vadius (Denis Lavalou) qui sera aussi le notaire à la fin...

    Que le tableau est juste !

    Une mention particulière pour Trissotin (Carl Béchard) truculent ! Eclats de rire garantis avec sa mèche de cheveux au vent et son décalage, le prétendu savant, intello, poète, imbu de sa personne qui finira par être démasqué, un être vénal et  vaniteux...

     Ah oui, que cette soirée était belle ! J'ai envie de dire comme les mômes, c'était trop, trop, bien !

  • Carmen.... sors de mon corps !

     

    Carmen, Bellecour"L'amour est enfant de bohème
    Il n'a jamais jamais connu de loi
    Si tu ne m'aimes pas, je t'aime
    Et si je t'aime, prends garde à toi
    Prends garde à toi
    Si tu ne m'aimes pas, si tu ne m'aimes pas, je t'aime
    Prends garde à toi
    Mais si je t'aime, si je t'aime, prends garde à toi"

    L'amour est un oiseau rebelle
    Que nul ne peut apprivoiser
    Et c'est bien en vain qu'on l'appelle
    S'il lui convient de refuser

    Rien n'y fait, menace ou prière 

    L'un parle bien, l'autre se tait
    Et c'est l'autre que je préfère
    Il n'a rien dit, mais il me plaît
    L'amour (× 4)
    L'amour est enfant de bohème
    Il n'a jamais, jamais, connu de loi
    Si tu ne m'aimes pas, je t'aime
    Et si je t'aime, prends garde à toi
    Prends garde à toi......
    Si tu ne m'aimes pas, si tu ne m'aimes pas, je t'aime
    Prends garde à toi
    Mais si je t'aime, si je t'aime, prends garde à toi
    ........
    L'oiseau que tu croyais surprendre
    Battit de l'aile et s'envola
    L'amour est loin, tu peux l'attendre
    Tu ne l'attends plus, il est là
    Tout autour de toi, vite, vite
    Il vient, s'en va, puis il revient
    Tu crois le tenir, il t'évite
    Tu crois l'éviter, il te tient"

    Il y a quelques temps nous avons vu la rediffusion, Place Bellecour, de Carmen de Georges Bizet produit à l’Opéra de Lyon. Au début, j’avoue avoir ressenti un décalage, j’imaginais plus Carmen, avec une robe à volants, genre gitane, espagnole, que « pute » en bustier rouge vif et talons compensés de 20 cm… Mais la modernité du regard d’Olivier Py m'a rapidement charmée et j'ai particulièrement apprécié cette belle soirée d'été...

     

    Ce matin, je me suis réveillée en pensant à cet opéra et avec une crise de foi…. Foi en mon libre arbitre !
     

    Comme cette héroïne, je pense être animée par cette flamme et ce côté passionnel. J’aime !!! On ne se refait pas…. Eh bien v’là justement où le bas blesse….

    Ne suis-je qu’un pantin qui rêve d’amour absolu, qui donne, prend, une sorte de petit vampire, insatisfait, exigent, capable de tout et qui se confronte à des êtres plus mesurés, qui maitrisent plus, qui se protègent (eux !!!) ?

    J’ai lu quantité de bouquins de psy de tout poil, sur le sujet, je me suis retrouvée dans tant de discours. Bien sûr,  il est rassurant de constater que son mode de fonctionnement est bien souvent partagé, mais tout de même…. Le problème est que, même en ayant conscience, il est bien difficile d’en changer et que cela ne me rend pas heureuse ! Quoique comme Michel Onfray, je commence à penser qu’il ne faut pas trop en demander non plus, l’absence de souffrance, c’est déjà être heureux !

     

    "Si je t’aime prends garde à toi !" invective, la vilaine dame, je ne pense pas être une menace pour lui, mais pour moi, pas si sûre….  

    Quand arriverai-je à dire : si je t’aime, j’prends garde à moi ! Il est évident, que cela sonne moins bien !!! Bon alors je continue, encore pour un temps….
    CQFD ! 


    Un article "coup d’épée dans l’eau"…. C’est l’été...  j'appréhende tout de même drôlement l'automne !

    Prenez garde à vous ! ;-(

  • Pensée du jour

    jeune pousse

    - Soeur Anne, ne vois-tu pas le mur venir ?

    - Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie.
       Pourtant tu sembles bien y aller tout droit !


    --------------------------------------------


    "Quand j'avais 5 ans, ma mère me disait toujours que le bonheur était la clef de la vie. Quand je suis allé à l'école, ils m'ont demandé ce que je voulais être quand je serais grand. J'ai écrit "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie."  


    John Lennon.

     

  • En voiture Kris !

    peugeot



    "...Allez viens, j't'emmène au vent,
    Je t'emmène au-dessus des gens,
    Et je voudrais que tu te rappelles,
    Notre amour est éternel
    Et pas artificiel..."


    Louise Attaque

  • 2012... devenir humain !

    Rue et Place de la République - Lyon - Fête des Lumières - déc 2011 fête des lumières 2011, lyon 

    Parce que c’est le 1er janvier, alors je pourrais vous faire le coup des vœux : la santé, l’argent, le bonheur, patati, patata… comme s’il suffisait de se souhaiter une bonne année pour qu’il en soit ainsi. En tout cas, cela permet tout de même, aux gens de se faire la bise, de s’appeler, de s’écrire, alors je veux bien ce côté-là.

    Je profite donc de ce jour pour vous remercier de continuer à venir ici, peu de commentaires, mais le nombre de visiteurs est stable. Je connais certains d’entre vous, d’autres pas. J’aimerais un peu plus d’échange, mais votre présence me donne envie de continuer….

    Et puis comme un cadeau… une petite piqûre de rappel concernant le désert, un remarquable (comme toujours) Ushuaia Nature, et un magnifique livre offert par des amis. J’ai aimé revoir ces images et me suis sentie décalée dans le monde où je vis, la même impression qu’à mon retour du Sahara, comme si nous étions en train d’oublier l’essentiel….

    J’ai aimé la conclusion de Nicolas Hulot, je vous laisse avec ses mots :

     ..."Nous avons une origine commune et que nous appartenons au-delà de nos différences et de nos divergences tous à la même famille : la famille Humaine.

    Et que cette simple conscience aurait dû depuis très longtemps provoqué ce que j’appelle : une épidémie d’empathie, de respect les uns envers les autres, mettre fin à nos divisions et nos  querelles qui parfois semblent bien dérisoires. Mais tel n’est pas encore le cas, probablement parce que 7 millions d’années n’ont pas suffit encore pour nous humaniser complètement, car devenir humain est sans doute une tâche plus difficile et plus longue qu’on l’imagine."

    Nicolas Hulot

  • Le v'là !

    E.T."On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve

    Héraclite

     

     

     

     

     

    à Gaby,

    à Thierry...

     

     

     
    Nous l’avons retrouvé……  au bord de la Drôme, 

    oui, il a pris un coup de vieux… mais E.T. restera toujours E.T. ! ,-)))

  • Tiens bon la barre...

    marie-annick lepine, cowboys fringants

     

    "Il n’y a pour l’homme que trois événements :
    naître, vivre et mourir.
    Il ne se sent pas naître,
    il souffre à mourir,
    et il oublie de vivre." 

    Jean de la Bruyère

      

    L’homme peut être pensant, certes, mais il n’en reste pas moins un roseau, qui plie et qui finit tout de même par se rompre…

    Non, nous ne sommes pas égaux, nous ne le sommes jamais.

    Pour certains, leurs vies seront longues, si longues, qu'elles finiront par  s’effilocher. Leurs corps faibliront, se dilueront, les mémoires flancheront, se réinventeront ou ne seront plus…  des vieux « qui ne bougent plus leurs gestes ont trop de rides leur monde est trop petit » disait Jacques Brel. 

    D’autres ne feront pas de vieux os. Certains décrocheront à 27 ans, ou plus tard, ne trouvant toujours pas le sens.. Ou alors, ils tireront leur révérence, parce qu’ils n’auront pas le choix, il faut bien le reconnaître, ils se seront battus, auront cherché la parade, auront essayé de comprendre, en voulaient encore pourtant, n’auront cessé d’y croire. Monsieur David Servan-Schreiber était un homme intelligent, charismatique.  Il pensait que "la science ne doit pas devenir un dogme, sa vocation d'origine est d'ouvrir des portes. » Il a fait un passage dans la jungle, a défriché, mais a fini par déposer les outils. Parce qu’au final l’homme reste bien impuissant devant ce genre de chose !

    N’oublions pas ceux qui se croient vivants parce qu’ils « nettoient » l’humanité, eux, ont un but ! Ils exterminent, tirent dans la masse ou posent leur bombe. Leur vie n'est alors que le moyen d'accomplir leur "mission"..

    L’homme et sa toute puissance de pacotille se croit grand et fort, il pense avoir la main mise sur tellement de choses, et puis il est ramené à sa condition d’apprenti sorcier qui brasse de l’air ! La Nature se charge de le rappeler à l’ordre. Alors, il prétend vouloir changer le monde, le rendre meilleur. Mais depuis qu’il est sur sa petite planète, qu’a-t-il fait ?

    Aujourd’hui, certains de nos frères crèvent, encore, comme des chiens, de faim, de soif, par manque de soin, ou par manque d’amour…

    Facile de jeter la pierre dans la mare me direz-vous, vous aurez complètement raison, n’empêche que….

    Il est vrai que nous avons pris le bateau en marche, il nous faut « se relever, Avant de tomber, Tomber, Tomber et nous relever, Retomber, Tomber et nous relever, Chacun dans sa solitude, Cultive ses certitudes, Qui par instinct de survie, Confortent nos vies » texte des Cowboys Fringants. Je suis allée les applaudir il y a quelques jours au théâtre antique de Vienne. Dés le début du concert, nous étions tous sous la pluie, mais que le moment était bon ! Une telle osmose ! L’impression d’un nuage de bonheur posé en ce lieu, un concert bon enfant, du bonheur partagé.  Cela fait un bien fou !!!  

    La vie est donc parsemée de petits, de grands bonheurs, de douceur, de tendresse, de petites de grandes peines, de déchirures, d’accompagnements et d’abandon, de détachement, de haine. Il nous faut faire avec tout cela ! Certains règlent leur compte, d’autres tentent de trouver d’autres voies…  « Mais au bout du chemin dis-moi c’qui va rester… » 

  • Un inconnu vous fait du charme....

    et vous trouvez la vie belle !!

    IMG_1846.JPG

    IMG_1844.JPG

     

     

     

    IMG_1837.JPG

     

     

     

     

     

    IMG_1835.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il est tant de sources  à l'amour,
    du manque à la blessure jusqu'au don de soi,
    tout y passe  à peu près...

    Alexandre Jollien - Le philosophe nu.

    Je vous présente tous mes voeux pour cette nouvelle année....
    de belles rencontres, de bons moments....

    Que la vie vous soit agréable !